Une histoire de grand huit.

Je crois que ce qui me manque le plus dans l’utilisation de la liseuse, c’est de ne pas voir mon avancée dans l’histoire… physiquement.
Je n’ai plus le poids des pages qui s’équilibre en arrivant à la moitié de l’ouvrage, ni cette descente de grand huit quand je commence à entamer la deuxième moitié, où tout s’accélère et que j’ai une hâte aussi forte qu’une certaine réticence à arriver à la fin de l’histoire.

Oui, c’est vrai, on peut savoir où l’on en est : deux petits chiffres accompagnés d’un pourcentage et de ce doux mot : “Lu”.  grâce à un systême de pourcentage qui s’affiche, savoir combien il me reste à découvrir du livre. Et bizarrement je garde cette image en tête. Ce poids. Ce poids des pages, des mots, de ses aventures qui me touchent. Et je crois que c’est ce qui me plaît le plus dans l’aventure Bookstory : savoir que le manuscrit que j’ai entre les mains va se transformer en un très beau livre papier, que je pourrais relire et revivre ces aventures, retourner faire du grand huit, encore et encore.

Je ne sais pas si c’est quelque chose que j’ai développé en m’attaquant à des livres plutôt épais, le genre de livre qui assome mon coloc rien que par leur épaisseur. Etrange de sa part cela dit, quand on considère qu’il peut se manger une quantité toute aussi grande de pages, mais à la seule condition qu’il s’agisse d’un livre qu’il le fasse évoluer et grandir dans le milieu professionnel.

Ou si j’ai toujours eu une affinité particulière avec les parcs d’attraction qui me pousse à aimer les livres plus que les BDs, mais je ne comprends pas les personnes converties à 200% au numérique, comme celles qui y sont allergiques.

La liseuse, je m’y suis mise pour les besoins de mon travail, mais je m’en sers tous les jours. J’aime bouger et j’aime lire. Et comme un plat bien assaisonné, la liseuse est la combinaison parfaite. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir chez moi 2 belles bibliothèques remplies, vous savez comme ces coins cosy qui fleurissent de plus en plus sur le web.

D’ailleurs, ça vous dirait de nous faire partager vos petits coins fétiches ?
On se retrouve sur facebook ?